Saisine n°38

du 27 février 2019

Faut-il lever l'anonymat en cas d'un "appel d'urgence" reçu par un service d'écoute anonyme et gratuit ?

Personne(s) auditionné(es)

Médecin régulateur au SAMU de Paris

Présidente du service «Suicide Ecoute»

Responsable de la plate-forme d’écoute 3977 «Agir contre la maltraitance des personnes âgées et des adultes handicapés»

Ecoutante de la plate-forme d’écoute 3977

Rapporteur(s)

En cours de nomination

Membres du groupe de travail

Mario Di Palma, Marie Lanta, Marie-Laure Revers, Marie-Sylvie Richard, Corinne Joubert, Hélène Gilgenkrantz

Descriptif saisine

La Ligue nationale contre le cancer propose un service d’écoute et de soutien psychologique anonyme, confidentiel et gratuit. Ponctuellement, les psychologues du service d’écoute peuvent recevoir des appels dits d’urgence, c’est-à-dire que les personnes formulent des propos faisant référence au suicide pendant l’échange téléphonique. Quand le passage à l’acte semble imminent, se pose alors la question de la levée ou non de l’anonymat ?

Un groupe de travail du Comité d’éthique travaille actuellement à la formulation de la question éthique soulevée par cette saisine, et il proposera un avis au cours de l’année 2020.